Aller au contenu
Zhemax

Quelles Obligations Pour La Vente D'un Vélo Sur Mesure ?

Recommended Posts

Bonjour à tous, je m’appelle Maxime, j'ai 24 ans, je suis président d'une association de BMX Freestyle. Je pratique aussi le VTT et le vélo de route.

Je travail dans un bureau d'étude dans la conception de pièce mécano soudée.

A coté de ce travail, je fabrique des vélos customs sur mesure.

 

557853IMG63011.jpg 952230IMG6348.jpg

 

840125P1010358petite.jpg 146919P1010386.jpg

 

940316DSC00321000.jpg

 

Depuis Mai, j'ai créé une auto entreprise pour pouvoir vendre mes vélos. Mais aujourd'hui, je me demande vraiment si je suis en règle étant donné que je fourni 0 document lors de la vente.

L'activité mentionné sur la déclaration d'entreprise est " Fabrication d'objet en métal ", mais je m’aperçois que enfaîte, en cas de pépin je suis probablement hors la loi.

Aucun des vélos n'est vendu avec des éclairages. Cependant, ils ont tous un système de freins rétropédalage SHIMANO.

 

- Si je fabrique le cadre, le guidon et la fourche, puis vends le lot, cela peut être considéré comme des simples pièces métalliques, fabriquées suivant un banal plan ?

- Si je monte un vélo complet, que doit je faire réellement pour ne pas avoir de problème en cas de controle ?

 

Est t'il possible de les vendre comme ca et de mentionner sur la facture, qu'ils ne sont pas homologués et que leur utilisation est interdite sur la voie publique.

 

Merci de vos réponses, a bientot.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Dans un premier temps il faut savoir qu'en temps qu'entreprise tu dois avoir une assurance RC....ensuite cela va se compliquer car pour mettre un produit sur le marche l'article L221-1 du code du commerce va te renvoyer  vers les normes  concernant le produit que tu vends ..Il faudra donc trouver  dans quelle catégorie appartient ta production....A partir du moment ou les gens vont rouler sur une route ou piste ouverte a la circulation tu devras probablement  te rapprocher des normes comme la NF EN 14781  pour les essais  mécaniques ..

 

Tu peux parfaitement préciser qu'il ne sont pas  à utiliser sur les routes ou chemins ouvertes à la circulation ...

 

Bref   tu es en France et c'est compliqué .

Par contre je t'invite a faire tester tes fourches car un e fourche qui casse et c'est  la gamelle  ... si c'est un tube du cadre qui  casse avec la direction et les freins  on peut se " sauver " ...

 

Bref ..courage ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ta réponse Vincent.

 

Aujourd'hui, je suis complètement perdu.

J'aimerai me lancer dans la fabrication de cadre BMX sur mesure. J'ai trouvé toutes mes pièces en Cr-Mo, j'ai mes tubes et mes plans.

Dans un premier temps, la NF EN 14781 est payante, 110€. Je savais pas qu'en France, le droit a l'information était payant.

​Bref, même si j'obtient cette norme, je crois avoir lu qu'il n'y a toujours pas de solutions concernant cette norme et les fabricants de vélo unique.

 

Est ce que je peux soumettre un seul cadre a l'essai, et obtenir une conformité de cette pièce ? Combien coûte un essai dans une boutique agréée ?

Cette conformité, me déchargerai t'elle en cas d'accident avec le client ?

 

Le problème se pose aussi avec l'assurance, ils ne veulent pas prendre en charge la fabrication de vélo.

 

Alors j'ai une dernière question : Comment font les artisans en 2015 et sont ils tous dans l'illégalité ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Nous sommes en France  et c'est un pays ou les gens se compliquent la vie.

A l'origine les  grands " constructeurs " ( LOOK par exemple et d'autres ) ont participé )à la rédaction de la NF EN 14781 ( norme concernant les vélos de course ..car il y a une norme par modèle ou type de vélo )  car ils avaient besoin d'une " assurance " pour les  produits qu'ils sous traitaient massivement en Asie ...Cela leur permettait d'avoir l'assurance d'une " certaine qualité "  pour les produits importés.

Cependant, cette Norme   a été mal rédigée ainsi que le Décret 95-937 ...car franchement hors de la réalité ...et nous sommes aussi en Europe et il est difficile de changer les choses ....De fait  la vente de  " kit cadre " ( par exemple est possible ..mais le cycliste qui montera ou fera monter son vélo  ne pourra pas rouler sur la route ouverte à la circulation ...car le produit fini n'aura pas répondu aux exigences de la norme ... et quand bien même  il faudrait pouvoir apporter la preuve que chaque composant  a satisfait aux exigences de la norme et là  , comme aucun  accessoire ( en dehors des fourches ) n'a de numéro de lot    il ets impossible d'apporter cette preuve minimale et donc le vélo est contraint de rouler sur une route  fermée à la circulation.

 

Comment font les artisans et ceux qui montent des vélos à partir de KIT CADRE ? Et bien ils ne font rien et sont donc hors la loi ...car  la vente d'un produit est soumise à l'article L221-1 du code du commerce qui renvoie vers la norme concernée ...et les décrets ....

 

La Norme a oublié  les produits fabriqués à l'unité .... pour se consacrer aux produits de série ...

 

Bref ,  actuellement aucun artisan n'est assuré pour fabriquer et vendre des  vélos sur mesure ou  vendre des vélos montés à partir de kit cadre .....car les assureurs   assurent une pratique respectueuse des exigences normatives ......ce qui veut dire que l'assureur considère que vous respectez en tout point  les exigences des normes qui concernent votre production..l'assureur oubliera de vous le préciser pour prendre vos cotisations mais en cas de coup^dur il vous exclue ra de l'assurance pour non respect des exigences normatives ....

 

Alors il sera possible de  faire un procès à l'assureur qui aura pris vos cotisations ...mais bon ....vous serez en galère .

 

Pour tester les cadres   le cout pour le test de fatigue   sur le cadre uniquement coute entre 300 et 500 euros ...pour moi les autres tests  ne pressentent pas d’intérêt car en cas d'accident  je me préoccupe plus du cycliste que du vélo .( Voir le Cycle sur les artisans  sorti le mois dernier )  ..

 

Enfin pour éclaircir les choses  : tout assureur vous assurera  si vous respectez les exigences  existantes  pour ce que vous voulez vendre ....( article L221-1 suivi du decret 95-937 et de la Norme NF EN 14781 pour les vélos de course  par exemple ) ..et vous pouvez essayer de contourner cela  en :

 

- réalisant des cadres d'un coté  sur lesquels vous faites un  descriptif du modèle avec les limites de tailles ...vous lui faites subir les tests de fatigue  de la norme   et pas les tests de crash invoquant que dans ce cas là  l’intérêt majeur va au cycliste et non plus au cadre et peu importe qu'il soit HS...

 

- vous vendez au client le cadre  a part

 

- vous lui vendez les accessoires

 

ensuite  le client vous paye pour monter les équipements  et donc c'est lui qui endosserait la responsabilité ...

 

Ou alors vous précisez sur  l'acte de vente que le vélo doit rouler sur une piste interdite à la circulation ou piste privée .....pour vous  " couvrir " ..

 

Maintenant vous pouvez  demander aux artisans  qui ont été présenté par LE CYCLE , ...................

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas grand chose à ajouter sur ce que vient d'expliquer M. Blondeau sur le sujet... Sauf peut-être sur notre propre situation :

 

Nous aussi avons assuré notre activité auprès d'une compagnie d'assurance dont le représentant est venu dans notre atelier, a regardé ce que nous y faisons, ce que nous avons doublé d'une explication détaillée. Ensuite on a parlé vélo, car qui n'aime pas "le vélo", hein ? C'était sympa. Puis il nous a transmis un beau contrat que nous avons signé, naturellement. Une poignée de main, un sourire et au-revoir.

 

Mais nous sommes bien conscient qu'il y a un souci et que nous avons tout simplement une épée de Damoclès au dessus de la tête. Avec cela en tête (ou au dessus, en fait), nous essayons de travailler au mieux et nous restons éloignés de certaines pièces qui pourraient être plus critiques en cas de casse (une fourche titane, par exemple) ou simplement du développement de "nouvelles idées" (comme des cadres encore plus léger, par exemple). Et cela nous restreint indéniablement dans notre croissance. 

 

Pour avoir par mal discuté avec des cadreurs aux Etats-Unis, le rapport assureur / artisan est différent. Le contrat rédigé entre les deux parties est clair et solide. Et, d'après ce que j'ai pu constater, environ deux fois plus cher que ce que l'on payerait en France pour la même activité. MAIS l'assureur ne peut pas aussi simplement se dédouaner en cas de problème... 

 

"L'artisanat, première entreprise de France". Ha ha.

 

Et ajouter la mention "ne peut pas rouler sur une route ouverte" c'est reporter le problème sur l'utilisateur final... Ce qui n'est pas non plus la solution à mon avis.

 

M. Blondeau est un peu notre porte drapeau sur ce sujet auprès des autorités pour que les choses avancent et j'en profite pour le remercier à nouveau. 

 

De mon point de vue, il faudra que l'on (les artisans) atteigne la sacro-saint masse critique pour que les politiques bougent. Ce forum avait (et a toujours) pour but de nous rassembler... et ouvrir la discussion.

 

En attendant, on serre les fesses et on redouble d'attention au travail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord, je commence a comprendre un peu mieux le problème.

Est ce que je peux te demander la compagnie d'assurance qui te couvre ?

Car je cherche une assurance. Celle que j'ai été voir, voulait me couvrir, et quand je lui est annoncé que l'activité était de fabriquer des vélos, elle a prit peur et m'as dit que ce n'était plus possible.

 

En ce qui concerne les Kits cadres uniquement, admettons que je souhaite faire que ca. 

On est d'accord qu'il ne s'agit ni plus ni moins, d'une pièce métallique, fabriquée a partir d'un plan, comme font toutes les entreprises de mecano soudure.

A partir de la, il n'est plus de notre responsabilité, si le client l'assemble avec une fourche, des roues ... et en fait un vélo. C'est un peu exagéré,mais est ce que c'est pas une façon de se couvrir et de détourner toutes les normes ?

 

Si j'ai bien compris, les normes encadrent les vélos car ils sont destinés a être utilisés sur la voix publique. Or, si ils ne sont utilisés que dans le privée, on fait ce que l'on veut ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait c'est triste mais c'est un peu cela  et c'est un peu tiré par les cheveux en reportant la responsabilité sur l'utilisateur ...

 

 

Je ne peux pas vous envoyer la Norme que j'ai achetée ( par contrat avec l'Afnor ) mais je peux vous dire que c'est complique par contre je peux vous envoyer le scan de tous les courrier officiels que j'ai reçu  depuis 2006..

 

Je compte " jouer sur les mots prochainement pour  trouver une solution  acceptable par tous "..

 

Il faut comprendre que remplacer un accessoire sur un vélo  de série  et il n'est plus conforme , il faut apporter la preuve que le produit a satisfait aux exigences de la norme  mais comme les produits n'ont pas de numéro de lot on ne peut pas les tracer  et apporter la moindre preuve

CQFD

 

Une norme qui devait sécuriser est  ( comme souvent en Fance ) devenu inutilisable sauf pour qui fabrique un vélo de série  et le vend tel que sans rien  y changer .....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui avec plaisir, j'aimerai bien lire ces documents.

 

Alors tous les artisans qui fabrique de l'unitaire aujourd'hui, ne respecte pas la norme, sont quand même assuré, mais en cas de problème, pas couvert par l'assurance ?

Rassurez moi, l'assurance couvre quand même l'atelier dans lequel vous travaillez ainsi que le matériel ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'assurance  est de deux types : matériel / locaux etc ..et responsabilité..c'est cette dernière qui refusera de vous couvrir si vous vendez un vélo complet  sans pouvoir apporter la preuve qu'il répond aux exigences de la norme ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Vincent pour les documents, j'ai pu les lire attentivement. Malheureusement, les grands (pas trop quand même) responsables de tous cela, n'ont pas la main pour changé les choses. A se demander ce qu'ils font de leur journée.

 

En ce qui concerne les essais sur cadre, je suppose qu'il faut fournir au labo, le cadre et sont plan. Alors pourquoi ne pas se créer sont propre plan englobant tous les cadres que vous fabriquez ?

Simplement en envoyant un plan coté avec des tolérances de +/- 50mm par exemple.

Le cadre passerait le test, vous auriez la conformité du produit avec le plan approuvé et a chaque fabrication d'un cadre personnalisé, il rentrerai dans les tolérances du cadre type testé, donc dans la conformité.

 

C'est un peu tiré par les cheveux encore une fois, mais est ce que vous pensez que se soit possible ?

Modifié par Zhemax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des idées pour obtenir une sorte de certification ne manquent pas. Mais tant qu'on ne discutera qu'entre nous, cela n'aboutira à pas grand chose.

 

C'est au législateur de réfléchir à cela. Avec notre aide, peut-être et surement. Mais tant que celui-ci ne s'impliquera pas, le discours sera stérile.

 

Pour qu'il s'implique, il faut qu'on soit un certain nombre à frapper à sa porte. C'est le premier objectif à avoir, à mon humble avis.

 

Il faudrait que les artisans concernés se manifestent (ici par exemple), pour qu'on s'identifie (déjà) et qu'on se regroupe (ensuite).

 

Et je me demande aussi : Quel était le cadre légal à l'époque où chaque vélociste qui se respectait soudo-brasait ses propres cadres dans son atelier ? Je parle des années 70, 80, 90...

 

Si quelqu'un pouvait nous éclairer...

 

Ce problème de conformité ne concerne d'ailleurs pas que les cadreurs, mais aussi les monteurs de roues "artisanales" il me semble. Comment ont-ils réglé cette question ? J'ai l'impression que tout le monde se contente d'une sorte de statu quo...

 

Y a t'il un assureur dans la salle qui pourrait, aussi, nous donner son point de vue ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour traiter le sujet ; comme l'indique Bjorn , il ne faut pas qu'une seule voix....Je me suis manifesté , depuis 2006 , auprès de toutes les administrations et organisations possible; j'ai même été reçu au ministère ,sans succès .

 

De plus s'agissant d'une Norme Européenne il sera impossible de la faire modifier .

Ce qu'il est possible d'obtenir c'est  , par une question écrite ( portée par un Député)   au gouvernement , une réponse   écrite qui fera  lois.

 

Cependant ceci sous entend qu'il faille être nombreux  a signer les différentes demandes et à mener les actions.

A ce jour, de ce coté là , du coté du rassemblement , c'est un échec.

 

Les assureurs,  ont pour habitude de prendre des cotisations. Ils n'ont pas les compétences pour savoir  quelles  exigences normatives vous devez   respecter et par défaut ils considèrent que vous respectez ces exigences normatives. S'il arrive un pépin et que vous soyez mis en cause  il faudra prouver  que vous avez respecté les exigences normatives ...

 

Dans notre cas  ce sera particulièrement difficile et même pour les kits cadres puisque  personne ne peut prouver que la potence  FSA, RITCHEY ou autres  est conforme  puisqu'il n'y a pas de numéro de série ...

 

On voit bien le problème avec WAG , qui a mis un programme pour  modifier  le comportement des moteurs ,  avec les numéros de série , ils savent quel véhicule en est équipé ( le mien  en est ! ) ..Dans le vélo point de cela ?

Bref il faudrait que les artisans se groupent  pour décider certaines choses et  chacun ensuite porte cela auprès de son député pour que la question soit   posée et qu'une réponse soit apportée .

Ou alors c'est le forcing en précisant que NOUS avons décidé que ..., faute de réponse  précise aux questions que nous pourrions avoir posées à l'UTAC ou au BNA par exemple  ainsi qu'un Ministère des PME et de l'artisanat .

Certains pensent que la Norme , étant faite pour les produits de série , ne les concerne pas ..Ce qui concerne chaque artisan c'est bien la mise sur le marché d'un produit ...et là il est confronté  au L221-1 qui le renvoie inexorablement vers la NF EN 14781 ( velos de course )  et au décret 95.937 ... qui ne peuvent répondre  aux demandes et réalités  connues par les artisans ...

 

On tourne en rond ...

 

Zhemax , si tu as lu topus les documents envoyés tu comprendras vite que la situation est délicate et que sans un  accords entre TOUS les artisans , sur une position commune , précise et appliquée , on n'en sortira pas .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au dernières informations le BNA doit reprendre le sujet comme indiqué dans un mel que j'ai reçu .

"

J’inscris ce sujet à l’ordre du jour de la prochaine réunion plénière « cycles » de début novembre afin d’attirer l’attention de l’ensemble des membres de la commission (pouvoirs publics, laboratoire, industriels, utilisateurs …) sur ce sujet.

Je peux vous proposer une participation téléphonique afin de vous permettre de présenter ce sujet et néanmoins de vous éviter un déplacement sur Paris.

 

"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 08/10/2015 à 11:51, Zhemax a dit :

D'accord, je commence a comprendre un peu mieux le problème.

Est ce que je peux te demander la compagnie d'assurance qui te couvre ?

Car je cherche une assurance. Celle que j'ai été voir, voulait me couvrir, et quand je lui est annoncé que l'activité était de fabriquer des vélos, elle a prit peur et m'as dit que ce n'était plus possible.

 

En ce qui concerne les Kits cadres uniquement, admettons que je souhaite faire que ca. 

On est d'accord qu'il ne s'agit ni plus ni moins, d'une pièce métallique, fabriquée a partir d'un plan, comme font toutes les entreprises de mecano soudure.

A partir de la, il n'est plus de notre responsabilité, si le client l'assemble avec une fourche, des roues ... et en fait un vélo. C'est un peu exagéré,mais est ce que c'est pas une façon de se couvrir et de détourner toutes les normes ?

 

Si j'ai bien compris, les normes encadrent les vélos car ils sont destinés a être utilisés sur la voix publique. Or, si ils ne sont utilisés que dans le privée, on fait ce que l'on veut ?

 

Voici la liste des normes actuelles :

En réponse à votre demande, nous vous informons que les normes suivantes sont en ventes sur notre boutique en ligne :

- NF EN ISO 4210-1 de décembre 2016 : « Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 1 : termes et définitions - Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 1 : Termes et définitions » est disponible au prix de 44.72 euro ht

- NF EN ISO 4210-3 de décembre 2016 : « Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 3 : méthodes d'essai communes - Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 3: Méthodes d'essai communes » est disponible au prix de 56.32 euro ht

- NF EN ISO 4210-4 de mai 2017 : « Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 4 : méthodes d'essai de freinage - Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 4: Méthodes d'essai de freinage » est disponible au prix de 92.34 euro ht

- NF EN ISO 4210-7 de décembre 2016 : « Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 7 : méthodes d'essai des roues et des jantes - Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 7: Méthodes d'essai des roues et des jantes » est disponible au prix de 44.72 euro ht

- NF EN ISO 4210-9 de décembre 2016 : « Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 9 : méthodes d'essai de la selle et du poste d'assise - Cycles - Exigences de sécurité des bicyclettes - Partie 9: Méthodes d'essai de la selle et du poste d'assise » est disponible au prix de 44.72 euro ht

 

Pas facile ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que toutes les pistes vont etre etudiées pour que les vélos produits à lo'unité soient " dans les régles "  pour 2024.

Cela laisse du temps  mais  au final pa s tant que cela car depuis 2006 il aura fallu 11 années pour arriver a  obtenir une journée de travail .

J'espere seulement que d'ici 2024 d'autres auront pris ma relève.

Il y aura plsuieurs axes  dont la " validation des compétences " ou des " acquis " et le volet formation... probablement.. Le but ets de pouvoir proposer eds solutions économiquement viables  , avec un minimum de contraintes  mais une garantie quand à la  sécurité pour les acheteurs .
J'ai vu par le passé , lors de sablage de cadres, des cadres soudés " à la baguette  " avec des soudures de  trés mauvaise qualité mais   recouvertes d'un mastic faisant au final penser à une soudure polie .

Plus d'artisans  deiscuteront du sujet plus il y aura ed chance de trouver LA solution satisfaisante pour tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, SpeedyMalric a dit :

Je ne poste pas souvent ici mais je suis le sujet avec beaucoup d'intérêts car j'ai bien l'intention de produire des vélos droits en carbone un jour.

Le vélo en carbone  pose toujours un problème : la liaison des tubes entre eux . Là on sort du sujet mais il faut bien etudier les problématiques....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Je me permet de remonter un peu ce sujet, pour savoir si la situation vis-à-vis des normes a évolué depuis; ou tout du moins si quelque chose est en cours pour mieux coller à une production artisanale ?

 

Je me renseigne dans l'optique d'une reconversion à moyen terme (je travaille actuellement en bureau méthodes, et concevoir des vélos spéciaux est une passion), mais je trouve très peu d'informations sur le métier en lui même (totalement inconnu chez Pôle Emploi, et dans les administrations que j'ai contacté), de même pour les normes/responsabilités (crées par/pour les gros fabricants...).

 

Je vous remercie pour vos éclaircissements :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Oui les choses avancent doucement mais je ne sais pas vraiment dans quel sens  mais "ça bouge ".

Pour ma part ( ISO 9001 et 13485 )  il faut comprendre que ..pour mettre un produits sur le marché en France  il faut intéresser à l'article L221-1 du code de la consommation qui va vous renvoyer vers  les normes liées à la sécurité ( suivant le type de produit ) et généralement un décret d'application vous rappelle   les choses .

Actuellement pour le vélo de route c'est la norme ISO 4210 ( prévue pour la série ) .. Celui qui vend devant assumer l'entière responsabilité en cas d'accident du à un défaut du produit ....Les assureurs ayant la mauvaise habitude  de considérer que vous respecter toutes les contraintes  liées à vos fabrications.( sans le vérifier  et si il arrive que  vous ayez besoin d'eux  ils se défausseront  ...)

Pour concevoir  un vélo c'est assez " simple "  puisqu'il y a des fournisseurs  de tubes , d'accessoires  et de solutions d'assemblage par stapping , collage ou soudure ( suivant le type de  produit ) sauf qu'il faut  savoir quelles dimensions vous allez donner au cadre  , quelle géométrie vous allez créer pour quel usage .

Pour la fabrication des cadres vous avez   les USA ou l'Angleterre qui ont des écoles pour vous former  à la réalisation du cadre ..Pour  savoir quel cadre et quelle position   donner pour une pratique , pour u_n cycliste il n'y a rien...

Pour la norme vous pouvez contacter  Philippe Legrand du BNA ( je pourrai vous donner  son adresse mel   par mel ) pour  les autres informations  il suffit que je recherche cela  pour  vous communiquer  les  choses.

Dans les fait , aujourd'hui il y a des artisans qui construisent de beaux cadres   et qui n'ont aucun problème  par rapport  à ces normes . Si j'ai soulevé le problème en 2006 c'est qu'etant ISO 9001 j'ai fais ce que chacun devrait faire  ; une analyse des risques et cela en faisant venir mon assureur pour justement assurer les risques ...

Que cela ne vous empêche pas de poursuivre votre projet   et si nous pouvons répondre a d'autres questions nous el ferons avec plaisir .

Plusieurs professionnel du cycle peuvent intervenir  sur ce sujet .

Vous avez aussi l'association des artisans du cycle qui pourrait vous répondre  . Pour ma part je trouve qu'elle  mets en avant le " concours des machines " plus que ce qui touche à la vie des artisans  mais bon c'est un choix  qui doit étre assumé  ( https://www.associationartisansducycle.com/lassociation/ )

Cordialement .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, et merci pour ces informations.

Je vais me pencher sur les pistes que vous m'avez fourni.

Mon projet serait de me spécialiser dans les vélos spéciaux (trikes, biporteurs, triporteurs,... et autres vélos à vocation utilitaires) plus que dans les randonneuses et bêtes de course très pointues (cette part de marché étant déjà occupée par des artisans connus et expérimentés). Ce type de vélos est de plus en plus utilisé par différentes professions (plombiers, livreurs,...), avec différents besoins en capacité et adaptations (un peu comme les camionnettes adaptées).

Le côté ergonomique est différent (dans le cas de vélos couchés), ou moins critique (dans le cas de cargos, sur lesquels on fait rarement de longs trajets; il ne faut cependant pas le négliger pour autant dans la mesure ou ça peut être un outil de travail).

Les contraintes sont également assez différentes (un cargo devant supporter 100-150kg en plus du pilote, et un trike subissant des contraintes latérales plus proches de l'automobile que du cycle). Mais c'est justement ce que je trouve intéressant ^_^. Cela pourrait en revanche mal coller avec de possibles règles crées pour encadrer la profession.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette information.

J'ai consulté la boutique Afnor, mais je n'ai pas trouvé de norme dédiée aux cargos et aux trikes.

Celle pour les vélos adultes "classique" ne couvre pas les vélos de livraisons et les couchés, mais ne renvoie pas vers une autre norme pour ces derniers (https://www.boutique.afnor.org/norme/nf-en-iso-4210-1/cycles-exigences-de-securite-des-bicyclettes-partie-1-termes-et-definitions/article/842373/fa174631).

Les cargos doivent peut-être respecter la norme pour les remorques (vu qu'ils s'en rapprochent question encombrement/capacité d'emport) plus celle des vélos classiques ? Peut-être également la norme sur les porte-bagages ?

Pour ce qui est des trikes et autres vélos couchés ils sont encore très peu répandus en France, je ne suis pas sûr qu'ils aient défini une norme pour le moment.

Modifié par Celika

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai contacté l'Afnor, qui m'a confirmé l'absence de normes vis-à-vis des vélos spéciaux dans leur catalogue, et m'a conseillé de contacter cette organisme: https://www.utacceram.com/fr/

Ce serait donc visiblement une forme d'homologation à titre isolé (un peu comme quand on importe une voiture japonaise), même si cela me semble étrange (il y a quelques fabricants français de cargos, je doute qu'ils soient passés par quelque chose d'aussi spécifique).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×