Jump to content

Rayonnement Croisé Des Roues Artisanales, Pourquoi ?


Francis83
 Share

Recommended Posts

Bonjour

Je remarque que plusieurs roues artisanales sont montées avec des rayons qui se chevauchent.

Je m'explique.

Sur le moyeu arrière certains rayons sont montés d'un côté du flasque et d'autres de l'autre côté. De ce fait, ils se croisent, bien sûr, et normalement il doit y avoir, entre ces 2 rayons, un espace correspondant à l'épaisseur du flasque. Or, ces rayons reviennent dans l'espace correspondant à l'épaisseur du flasque et donc ont tendance a se tordre. L'image qui me vient pour décrire ce que je vois et ce que je veux dire est l'image de 2 bras croisés.

Je pense que cela apporte une certaine rigidité mais j'aimerai avoir une vraie explication.

Merci.

Francis

 

Edited by Bjorn Teani
Sujet précisé
Link to comment
Share on other sites

Bonjour

Je remarque que plusieurs roues artisanales sont montées avec des rayons qui se chevauchent.

Je m'explique.

Sur le moyeu arrière certains rayons sont montés d'un côté du flasque et d'autres de l'autre côté. De ce fait, ils se croisent, bien sûr, et normalement il doit y avoir, entre ces 2 rayons, un espace correspondant à l'épaisseur du flasque. Or, ces rayons reviennent dans l'espace correspondant à l'épaisseur du flasque et donc ont tendance a se tordre. L'image qui me vient pour décrire ce que je vois et ce que je veux dire est l'image de 2 bras croisés.

Je pense que cela apporte une certaine rigidité mais j'aimerai avoir une vraie explication.

Merci.

Francis

 

 

Bonjour,

 

Je pense que tu parles du contact lors du croisement des rayons.

 

Je vais déjà répondre en 2 temps. D'une part sur l'utilité du croisement et d'autres part le contact ou non de croisement.

 

Utilité du croisement - Pourquoi croiser?

 

Transmission du couple de pédalage

 

Le rôle d'une roue arrière est de transmettre de le couple de pédalage pour faire avancer les solides "Vélo+Cycliste". Pour cela le couple est conduit via la transmission pour être appliqué au niveau du moyeu sur le corps de roue libre.

Le couple est en très grande partie (80%) transmis au rayon par la flasque située prêt du coté roue libre (RL) - Il existe des exceptions notamment pour les moyeux Powertap. Or le couple sera transmis à la jante via les rayons de façon optimal d'autant plus si les rayons sont positionner de façon tangentiel au flasque.

 

Par conséquent si on veut transmettre de façon optimal le couple, il faut donc croiser les rayons de manière à ce qu'ils soient le plus tangent possible. 

 

Par exemple, on croise par 2 pour un perçage de 20h, 24h et par 3 pour un perçage de 28h, 32h ou 36h et enfin par 4 pour 40h.

 

Pour ce qui est du coté opposé roue libre (ORL), on utilise le croisement qui favorise au maximum l'angle du parapluie (plus de rigidité) ET l'équilibre des tensions ORL/RL (plus de fiabilité, moins de casse de rayons par fatigue). Très généralement je favorise le même croisement ORL que RL de manière à avoir une "symétrie des" contraintes appliquées.

 

Pour les roues avant des routes à freinages sur jantes, il n'y a aucun couple de propulsion appliqué, on peut donc rayonner en radial (0 croisement) sans problème.

 

Répartition des contraintes de freinage pour les freins à disques

 

Les croisement jouent également un rôle lors du freinage à disques, en effet les forces en jeu lors du freinage sont grâce au croisement réparties sur une portion plus importante de la jante. De cette manière on réduit les risques de rupture des flasques du moyeu ainsi que les potentielles fissures des perçages de la jante.

 

Avec où sans contact?

 

Vous le faisiez remarquer, lors du dernier croisement (third cross sur la photo ci-dessous), on entrelace les rayons afin qu'ils soient contact. Cette opération n'est pas nécessaire, on peut les laisser sans contact. Le but du contact est de répartir les contraintes appliquer sur le rayon sur un ensemble rayons.

 

Enfin le croisement avec contact permet d'envisager une éventuelle ligature ce qui est impossible sans contact.

 

Enfin, il faut savoir que les industrielles utilise un croisement sans contact dans le but de réduire les nuisances de grincement des rayons. En effet, les machines utilisées lors du montage en grande série, ne permet pas d'obtenir une grande tension dans les rayons ce qui à l'inverse du montage artisanale crée des grincements.

 

 

buildwheel4.jpg

Link to comment
Share on other sites

Merci Cédric pour ta réponse complète et très claire.

 

Tu parles de grincement. Je comprends qu'en montage artisanal cela engendre des grincements. Est-ce bien ça ?

Et si c'est le cas faut-il mieux ligaturer les rayons afin de supprimer les grincements tout en renforçant la tenue et les tensions ?

Link to comment
Share on other sites

Merci Cédric pour ta réponse complète et très claire.

 

Tu parles de grincement. Je comprends qu'en montage artisanal cela engendre des grincements. Est-ce bien ça ?

 

Non, il n'y aura pas de grincements si la tension finale du montage est suffisamment importante! C'est à dire 100kgf sur le coté RL.

 

 

Et si c'est le cas faut-il mieux ligaturer les rayons afin de supprimer les grincements tout en renforçant la tenue et les tensions ?

 

Dans ce cas, il faut déjà remettre de la tension dans la roue et si nécessaire utiliser la ligature.

Edited by Bjorn Teani
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...